Ipod-fishing : la nouvelle tendance urbaine


Le Seine est pleine de poissons, tout le monde le sait. Ce que tout le monde sait aussi, c’est qu’elle est pleine d’autres surprises, et le grattage intensif permet parfois de jolies captures.

Comme cet authentique i-pod (Ipodus adesenroro Jobs) attrapé à la régulière, par les écouteurs, alors qu’il se promenait autour de l’île Saint Louis.

Il a été suivi la semaine suivante par son petit frère, un authentique poste de radio portatif largement maillé.

Les sensations hors normes ressenties lors de telles captures sont suffisantes pour transformer n’importe quel pêcheur en ipod fishing addict. Croyez-moi, vous oublierez rapidement les autres créatures aquatiques tellement cette pêche est fascinante. Les bons spots à ipods sont assez faciles à trouver avec un peu d’expérience. Ce sont ceux où il y a des tas de touristes assis sur les quais aux beaux jours, avec suffisamment de fond pour que l’ipod coule directement hors de vue dès qu’il s’échappe d’une poche mal fermée ou d’une main rendue incertaine par l’action conjuguée, de la bière, du cannabis et de la crème solaire. La saison commence au printemps, quand des tas de jeunes mâles font les cons sur les quais pour épater les filles, ce qui fini immanquablement par un release d’ipod.

La technique consiste à gratter intensivement le spot. Un bon vieux bottom-tapping au crank peut être payant également, l’ipod ne dédaignant pas un leurre qui bouge un peu plus vite, pour peu qu’il soit régulièrement en contact avec le fond. On peut également prendre de cette manière quelques perches ou sandres, qui font toujours plaisir même si ce n’est pas le but.

Du côté du matériel, un ensemble léger est largement suffisant, sa défense n’étant pas très musclée. Une canne de 6 pieds est largement suffisante : pas besoin de lancer à l’autre bout du monde, la plupart des appareils sont dans vos pieds. Par contre, des hameçons très piquants sont préférables, la bête pouvant étant très tatillonne : vous pouvez passer 10 fois dessus sans la prendre. C’est d’ailleurs tout ce qui fait le charme de cette pêche.

Il faut savoir aussi que les ipods nano et shuffle (désignation anglo-saxonne de différents stades juvéniles), sont assez grégaires, tandis que les sujets matures (dit classic et surtout, les gros ipods dits touch) sont plus solitaires. Notez également que vous pouvez estimer grossièrement l’âge d’un ipod en fonction du nombre de saletés et de bestioles aquatiques accrochées dessus : plus il est sale et poisseux, plus il est dans l’eau depuis longtemps. Ceux qui ont 2 ou 3 hivers de rivière sont particulièrement dégueus et difficiles à prendre, alors que les sujets récemment lâchés sont évidemment plus faciles à attraper. D’ailleurs il existe un débat dans la communauté des ipod-fishers pour savoir à partir de quel âge un appareil peut être considéré comme une prise valable. Relâcher des ipods pour les repêcher aussitôt n’étant évidemment pas admis comme suffisamment sportif, et pousser un jeune à l’eau pour pêcher son ipod étant carrément proscrit. L’éthique est stricte !

Cette technique évolue de jour en jour. Des rumeurs sur les forums spécialisés font d’ailleurs état de quelques observations de release d’iPad très récentes, mais chut… les spots sont tenus jalousement secrets.

Certains addicts ont également étendu cette technique à d’autres espèces, comme Seb, qui s’est spécialisé dans le sac à main (Sacabordel degonzes L.), une espèce invasive récemment arrivée d’Europe centrale. Voici par exemple un magnifique sujet en pré-spawn, bien fat, avec des couleurs splendides. Notez le bag-grip, qui peut être utile sur de gros sujets visqueux et vigoureux.

Renaud http://renal-fishing.over-blog.com/, lui, innove encore plus avec le wooden duck fishing (Trucalacon emochenplus), mais là, il s’agit d’une pêche extrêmement spécialisée et sur ce point, il est inutile d’essayer de lutter avec le BeeGee ‘s tellement il est vicieux.

Certains poussent même le vice jusqu’au big game fishing, traquant leurs proies en bateau avec du matériel lourd. Ce magnifique parasol-voilier d’1.50m, que l’on voit ici majestueusement déployé, a été pris très récemment en lac, après un combat de 15 minutes d’intense émotion, pulvérisant au passage le record de la discipline, établi en 1973 sur un parapluie à pommeau sculpté.

Moralité : si vous voulez être branché, lâchez donc la grappe aux poissons et adoptez la trash-fishing attitude !

Un article de JULIEN BENARD-CAPELLE

PS:  Lecteurs si vous avez des photos insolites d un objet pêché à la ligne dans la Seine ou ailleurs je suis preneur!

Publicités

4 réponses à “Ipod-fishing : la nouvelle tendance urbaine

  1. Quel article intéressant!!! Je ne connaissais pas la pêche de l’i-pod, ni le wooden duck fishing, et je dois dire que vous avez très largement attisé ma curiosité. Je ne crois malheureusement pas habiter un coin où le biotope soit favorable à l’épanouissement du Trucalacon emochenplus. A la campagne, nous tombons plus fréquemment sur des Pneumatic toulis qui, selon leur âge et leur implantation dans le milieu, sont de véritables pièges à leurres. Seul les juvéniles sont « sortalbes », à moins d’être venu chercher un gros silure avec le matériel adéquate.
    Bref, merci encore pour cette découverte ô combien…rafraichissante.

    Seb
    NB:attention au ferrage sur les Sacabordels, rendez légèrement la main avant d’imposer un ferrage ample mais souple. Les gros sujets du type campus sont très difficiles à faire bouger et peuvent occasionner des casses.

  2. Salut,

    Super l’article ça m’a bien fait sourire !!
    Pour info j’ai fait une superbe poutre de plus d’1m90: un fer à lisser les cheveux 😉

  3. Ahhhh les pêches modernes, que du bonheur!
    je reconnais bien ta verve, mais précisons tout de même que le bottom taping est l’animation la plus adaptée pour déclencher les attaques frénétiques de ces espèces invasives! twitch:pause:twitch et c’est l’attaque…à noter la nette régression de notre espèce indigène Grollus percéii,certains s’interrogent déjà sur un classement nuisible de ces espèces malgré le fort potentiel touristique…

    ps: dans les bordures peu profondes et encombrées, je vous recommande le S.S.R., car le Saint Short Rouge (béni soit il) est le pattern idéal pour faire craquer ces trophées si convoités!
    PPS: meilleurs voeux, que tes prises soit fructueuses et pourquoi pas le poisson roi, le laptopes asus…

  4. Pingback: Le Home Made… Ça mord!!! « Des Petits Poissons …·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s