Comment j’ai rencontré Sammy (et ce qui s’ensuivit) …


Bonjour à tous!

Je donne la parole à Julien:
Alors l’histoire commence jeudi dernier.
Ou plutôt non. L’histoire commence lors d’une de ces sessions estivales autant que matinales avec Laurent. Nous avons en effet (re)découvert presque par hasard ce que tout le monde sait : l’aube est un moment privilégié pour la pêche.
Après un joli démarrage, une longue phase sans trop d’activité s’installa avant que Laurent ne sorte un petit popper Evergreen, au cri de « je suis sûr qu’elles vont taper en surface ». C’était un peu trop fort pour moi : pas de touches à rien du tout et elles allaient poursuivre un truc en surface ? Pour vous dire à quel point la surface ne fait pas partie de mes stratégies de pêche, je ne possède dans ma panoplie de petits pn qu’un petit popper et un Sammy 65, acheté d’occasion, juste au cas où par hasard un chevesne en voudrait.
J’avais tort : il me sortit deux perches sous le nez. Ainsi donc, elles étaient bien là les bougresses ! Elles voulaient de l’action. Elles allaient en avoir.

Vous le savez aussi bien que moi, les pêcheurs sont aussi grégaires que les perches et se copient comme des écoliers. Je n’échappe pas à la règle et je me convainquis au cours des sessions suivantes qu’en cas de disette, mon Sammy pouvait me permettre d’ajouter une perche ou deux à mon score. Un bon complément, certes, mais je n’y voyais toujours pas une stratégie de pêche valable. Encore une fois, j’avais tort.

Jeudi donc, nous nous retrouvons une nouvelle fois au lever du jour. L’eau est lisse comme une fesse de bébé, pas une péniche à l’horizon, pas un pet de vent : je monte mon Sammy. Au premier lancer je comprends que je viens de quitter le côté obscur de la surface : une perche de 32 cm se pend au leurre. Mine de rien, c’est ma plus grosse de la saison. Dans la demi-heure qui suit, j’enchaîne les poissons. Laurent teste divers trucs mais se joint finalement à la fête en surface en ramenant notamment une perche de 30 cm. L’activité se calme. Nous changeons de spot. Laurent attaque en surface… et ça recommence !
Je me promets donc de refaire la même session le lendemain matin.

Mais après une journée passée à penser à ces attaques, je ne peux pas résister à aller faire un petit tour pour le coup du soir.
Je vise un spot mais j’oublie de tourner quelque part et arrive dans un coin qui m’est complètement inconnu. Bah… après une session matinale pareille, je peux bien explorer.
Je péchouille un petit décroché, toujours au Sammy, mais sans succès, monte un flash minnow 80 et le balance au pied d’une pile de pont.
En toute fin de récupération, je vois une très jolie perche que j’estime entre 35 et 40 venir gober mon leurre au ralenti, le recracher, le reprendre, le recracher à nouveau et se barrer. Je suis cloué sur le quai. J’ai les jambes qui commencent à trembler et je relance aussitôt.
Tape… je fais une perche d’environ 25. Je file la remettre à l’eau à 20 m de là, je monte le Sammy en tremblant à moitié et je le mets au bain.
Mon leurre est aussitôt entouré de remous et je monte une autre perche. Je refais ma petite gymnastique et j’enchaîne ainsi trois ou quatre poissons.
J’ai oublié ma grosse perche, je discute le coup avec 2 gars qui me demandent si ce sont des gardons, puis je m’y remets et là, la routine : remous, ratés…
Sauf que cette fois, à chaque attaque manquée le leurre gicle hors de l’eau. Une grosse boule apparaît derrière le leurre. Piquée ! A 2 mêtres de moi.
Je sens aussitôt que je suis attelé à du lourd. Le poisson part à fond. Le moulin crache du fil. C’est du très lourd !
Vu qu’il y a un herbier pas loin et que je ne connais pas le coin, je décide de brider. Enfin, de resserrer un peu le frein… La notion de bridage perd un peu de son sens quand on est attelé à une bestiole pareille avec une petite canne L. Je vois enfin le poisson qui m’a l’air joli mais la courbure de la canne me dit qu’il est plus gros que ça.
Après deux ou trois rushes de plus, la perche est à portée, je la saisis et là je me rends compte.
C’est LA mama du secteur. Une ancêtre. Noire comme du charbon, bossue comme un chameau, ventrue comme un prélat !
On dirait qu’elle n’a pas de rayures tellement elle est foncée.
Les gars avec qui je discutaient m’aident pour la mesure. Elle accuse 44 cm.
Il prennent la photo, le Sammy trônant fièrement dans sa grosse gueule, puis je la remets à l’eau.

Vous ne verrez malheureusement pas cette photo. C’est un quidam qui l’a prise et… ne confiez jamais la photo d’un poisson trophée à un inconnu !
S’il ne sait pas utiliser l’appareil, c’est nettement plus difficile après de faire le beau sur les blogs des potes.

Vous savez quoi ? J’ai refait une session le lendemain matin, forcémment. Et… Dans la première demi-heure, j’ai passé plus de temps à décrocher les poissons qu’à animer mon leurre. Encore une fois, mon Sammy a été le leurre du jour. Partout, même dans un mouchoir de poche entre les péniches… Même plus besoin d’aller chercher les poissons, ils viennent tous seuls ! Quand les perches se lassaient de le poursuivre, je me décalais sur un autre spot et un quart d’heure après, son pouvoir hypnotique surle banc était tout régénéré !

Bref, cet épisode restera pour moi comme le jour où le Sammy 65 me conquît définitivement.
J’hésite à l’encadrer et le mettre au dessus de mon lit mais je crois qu’il préferera mourir au champ d’honneur, emporté par un monstrueux poisson, comme Achab enlacé à sa baleine blanche.

En cadeau :
Vu dans les pages roses du Larousse,

« Sammy du matin carton plein
Sammy du soir, perche toute noire ! »

« Laisse la photo à un inconnu
Et tu l’auras profond dans le cul »

20110813-194651.jpg

2 réponses à “Comment j’ai rencontré Sammy (et ce qui s’ensuivit) …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s