Prospecter


La prospection, ou l’art de trouver des excuses quand on revient bredouille

La prospection est surement l’un des facteurs différenciant entre les pécheurs. Il n’y a pas de secret, plus vous prospecterez, plus vous ferez de  beaux poissons. La pêche n’est pas un art mathématique, mais il est évident que plus on se ballade et plus on comprend son environnement. Partir en prospection c’est tout d’abord accepter que l’on ne fera pas de poissons, c’est accepter de dépenser du gas-oil pour rien, c’est accepter  de perdre des leurres, bref…c’est accepter d’être frustré et que votre femme et vos amis se moquent encore de vous et de vos bredouilles… Et pourtant il n’y a pas d’autres moyens pour trouver des spots et des poissons trophées. La prospection est une activité ingrate, mais il existe des techniques et des astuces pour la rendre plus douce.

Une préparation qui commence à la maison

Aussi bizarre que cela puisse paraître cela commence toujours chez soi. Le meilleur ami du pêcheur actuel est sans conteste internet. Vous devez savoir utiliser un certain nombre d’outils de base et vous créez les votres.

Google Earth

Google est évidement l’outil le plus utilisé, mais qui n’est pas assez exploité. Il existe un certain nombre de fonctionnalités que vous devez connaître :
·         Ayez un compte Gmail pour que vos visites et vos sites soient enregistrés. Vous pourrez ainsi mesurer vos spots sur google map et mettre en place le meilleur itinéraire possible entre vos spots.
·         Étudiez la couleur de l’eau, cherchez à voir si votre spot sera profond, cherchez les zones les plus inaccessibles
·         Faites vos cartes, en mettant des icônes avec des significations claires, pour différents états…

IMG_1257.PNG


Vigiecrues

Si vous êtes pêcheur de rivière, vous devez utiliser le site de vigie-crues qui vous donnera le débit du spot que vous comptez prospecter. Avec un peu d’habitude on peut connaître les leurres à utiliser en fonction du débit, sachant que plus le débit sera élevé et pus l’eau aura tendance à être chargée. Il est bon de savoir que la zone que l’on va prospecter est en crue ou à son niveau d’étiage.

Windguru

C’est un site de météo qui vous permet d’avoir une idée précise du vent et des conditions météo quasiment heure par heure. En hiver cela vous permettra de trouver les heures les plus chaudes à pêcher, en été cela peut vous permettre de trouver la rive la plus battue par les vents depuis quelques jours.

IMG_1148.PNG

Un diagramme des températures

Il existe différents sites  qui vous donnent les courbes des températures des derniers jours. En prospection il faut mettre toutes les chances de son coté dès le départ et vous pourrez ainsi vérifier que la température augmente ou diminue. Cela permet de pêcher les premiers froids pour les perches et brochets, ou de ne pas louper les premiers rayons de soleil chauffant et le pré-spawn des bass.

Les autres cartes satellites

Les visions satellites sont des éléments très riches en information et il ne faut pas se contenter de google earth. L’IGN, Apple, Mappy, possèdent des images satellites différentes. Elles vous permettront de corréler ou d’étudier votre zone de prospection en fonction de la saison.  Ce dernier conseil provient directement du livreIke Iaconelli« Fishing on the edge » qui décrit comment il doit prendre un coin qui fait des milliers d’hectares, et extraire juste la dizaine d’hectares qu’il devra pêcher en pre-fishing puis en compétition.

IMG_1255.PNG

Les flux RSS

Nous rentrons là dans un outil formidable de « météo de la pêche ».  Il s’agit de répertorier un maximum de blogs ou de forums de gens péchant régulièrement. Abonnez-vous à ces discussions et suivez les attentivement, ils vous donneront les moments où les poissons de la zone qui vous intéresse mordent ! Attention je ne parle pas de piquer les coins, je parle de partir en prospection à un moment où les poissons sont mordeurs.

Le mix

Maintenant que vous êtes outillé, il s’agit de compiler ces informations pour vous lancer à l’aventure. Choisissez une météo qui vous semble propice, des indics qui sont bons, un itinéraire adapté pour couvrir un max de terrain, bref soyez motivé, mais ne vous dites pas que vous allez faire un carton, si l’on vous pose des questions soyez commercial :« Vous prospectez » au moins votre moitié n’attendra pas le déjeuner…

IMG_1182.PNG

Mettre toutes ses chances sur le terrain

Gardez la technologie avec vous

Nous sommes de plus en plus équipés de Smartphone ce qui nous permet d’emporter avec nous toute la préparation que nous avons faite. Les points que vous avez sauvegardés sur Google map depuis votre ordinateur sont automatiquement copiés sur votre mobile. Sur le terrain il est important de garder l’itinéraire et le timing que vous vous êtes fixé. Il est bon d’essayer de tenir votre programme pour couvrir un maximum de terrain.

DSC00644.jpg

Le mental et l’attitude

Vous n’êtes pas là pour faire un carton, ni pour prendre un monstre. Vous êtes là pour évaluer le potentiel du spot. Vous devez être attentif, et étudier votre environnement. Cherchée des chasses, cherchées du blanc marsouinant en surface, cherchez les herbiers que vous aimez bien, en gros vous êtes là pour étudier l’eau. Vous n’êtes pas là pour faire un carton, vous êtes là pour savoir si ce coin vaut le coup d’y passer plus de temps.

Une tenue adéquate

Vous allez battre beaucoup de terrain, cela nécessite une tenue vestimentaire appropriée. Les waders sont à oublier, elles diviseront mécaniquement votre vitesse de déplacement. Dans la même optique une bonne paire de chaussures sera plus efficace qu’une paire de botte. Evitez aussi les vêtements trop lourds ou encombrants, vous devez voyager léger et rapidement.

IMG_2422.jpg

Spinning ou casting

Cela dépend évidement du coin que vous prospectez. Le casting est de loin plus adapté à une pêche en power fishing, ou il s’agit de pêcher vite. En revanche le spinning vous permettra de toucher des zones un peu inaccessibles en termes de distance. C’est pour cela que j’insiste sur la préparation et la reconnaissance des coins sur internet. Sur la puissance de la canne, une puissance medium avec une action fast vous permettra de faire face à toutes les situations et acceptera sans problème des spinners, des jerkbaits. Je vous conseille aussi de ne prendre qu’une seule canne. Avec plusieurs cannes, l’on se retrouve naturellement à insisté sur certains coins, alors que la pêche que je vous décris doit être la plus mobile possible.

Des leurres pour battre du terrain

J’aime toujours bien cette idée, que le meilleur moyen de faire du poisson, c’est de mettre un leurre dans l’eau. De la même façon battre un maximum de terrain reste le meilleur moyen de trouver du poisson actif. Il s’agit d’utiliser des leurres type : spinner, jerkbait, cranck, ou leurre souple en linéaire. Je ne vous conseille pas de passer du temps à faire les bordures en drop shot. Le jig et plus exactement le swim jig est une excellente alternative, ce leurre permet de prospecter rapidement certaines zones très précises. La stratégie que vous pouvez donc mettre en place :
·      pêcher en mode power fishing dans les grandes zones où vous n’avez pas de spot identifié en particulier

·      dès que vous arrivez sur un spot identifié vous pouvez pêcher au jig.

De la technique et de la rapidité

Une énorme différence que je constate à chaque fois avec les pros et les amateurs est la technique et la rapidité de la pêche.  Le pro va tout de suite lancer tandis que l’amateur va regarder autour de lui…etc… résultat des courses : le leurres du pro passe jusqu’à trois plus de temps dans l’eau… Donc trois fois plus de chances de faire un poisson ? Non ? Mon conseil : lancez d’abord, réfléchissez après, et en anglais ça le fait encore plus : Cast first ! Think after !

De la rigueur dans la prospection des postes

Encore une grosse différence entre un pro et un amateur dans la façon dont on aborde un poste marqué ou non. L’amateur va faire des lancés sans quadrillage précis, alors que le pro ne cherchera que des zones vierges.
Sur un spot non marqué comme une rive, je vous conseil par exemple  un premier lancé parallèle à la rive de droite, puis à 45°, à 90°, à 135° de la rive et enfin de nouveau parallèle à la rive, mais évidement à l’opposé de votre premier lancé. Quand vous changez de spot assurez-vous que vous êtes bien à deux distances de lancer pour ne pas repasser sur des zones déjà quadrillées. Cette technique peut paraître très rébarbative, mais je vous assure que si vous vous astreignez un peu, cela peut vraiment devenir une habitude.
Sur un spot marqué comme un arbre par exemple il s’agit aussi, de bien le quadriller en faisant le tour consciencieusement. Mais c’est surtout au niveau de la profondeur de pêche dans l’obstacle que la rigueur est primordiale. En attaquant directement dans le cœur de l’obstacle vous prenez le risque de faire fuir tous le banc de perche en en attrapant juste une. En prospectant les extérieures vous pouvez pêcher les poissons de l’extérieur vers l’intérieur en attirant moins la méfiance des carnassiers. Vous pouvez préserver le spot pour une prochaine sortie. Une fois de plus sachez vous contenter de peu…

IMG_0352.jpg

Soyez plusieurs

Dans la même logique, la prospection doit se faire au maximum de pécheurs possible. Vous multipliez ainsi vos chances de découvrir des spots à condition d’utiliser des patterns différents. En plus l’expérience de chacun vous permettra d’évaluer le potentiel de vos nouveaux spots. Mais avant tout c’est surtout beaucoup plus drôle et beaucoup plus pratique pour faire les photos…

Le retour à la maison

C’est le moment de faire le point sur votre sortie et surtout d’évaluer si vous devrez ou non retourner sur ce spot. Normalement si vous avez appliquez tous les conseils cités ci-dessous, et que vous n’avez eu aucune touche vous pouvez le mettre dans les points négatifs…vous pouvez toujours essayer un deuxième essai…après je ne vais pas vous apprendre ce qu’est la pêche et le comportement des poissons. Il n’y a que votre instinct qui saura vous guider…

peche 42_2.jpg

Pour conclure cette partie de conseil de pêche

Les conseils que je viens de vous donner sont un paquet cohérent. Pris séparément ils n’amélioreront en rien vos résultats ! C’est en mettant toutes les chances de votre coté que vous verrez véritablement les fruits de vos efforts. C’est un effort qui deviendra rapidement une habitude aux vues de vos résultats. J’applique personnellement tous ces conseils, que je pêche en bateau ou du bord, en mer ou en eau douce, en France ou à l’étranger, juste je les adapte à mes différentes situations… Si je devais donc résumer la prospection à une formule : Etudiez avant, pêcher sans réfléchir, profité plus tard… ou encore mieux toujours en anglais : « look first, fish fast and dream after »…
Nos activités professionnels, familiales nous prennes toujours plus temps, et cela ne va pas allez en s’améliorant il donc impératif de toujours chercher de nouveaux lieux. Les beaux poissons de ce magazine ne proviennent que rarement de la bassine que vous pêchez  tous les samedis. La France est un magnifique territoire de pêche pour celui qui prend le risque de chercher un peu.

Une réponse à “Prospecter

  1. Pingback: Préparation Leman…. | Des Petits Poissons ...·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s