Souvenirs d’un vétéran…


Cela commence toujours ainsi…nous sommes tous entassés dans la grande pièce en attendant le combat ! Une grande pièce souvent humide, avec des parois salées, et des marques de rouille. Moi, dans ma pièce ca va, on à tous un box, mais j’ai des collègues, ils dorment les un sur les autres…dur, très dur d’être un leurre de pêche !!!

Je me présente, je suis une légende, je suis le « Mégashad , coloris sardine ». Je suis un ancien dans le monde de la pêche, un vétéran quoi ! Rendez vous compte j’étais là avant qu’on développe les techniques de combat modernes en « traction ». Et puis je suis plutôt beau gosse, un beau bleu, une plastique parfaite et surtout une caudale qui fait craquer toutes mes copines slug…. Ne cherchez pas, il y en pas deux comme moi…NON NON ne venez pas me parler de « Nitro shad » c’est une loppette, un leurre qui à besoin d’attractant pour plonger…je rêve si ca continue avec ces modes, je n’ai plus qu’a demander des ailettes comme le pauvre « Absolut Shad », qui ne sait pas nager sans…Et puis je sors avec une « PIN UP », c’est une petite tête Seb avec des formes… tour de poitrine 30 gr….Mais chut !Il ne faut pas heurter la sensibilité des enfants rockfishing… Un sentiment très fort nous uni moi et ma tête Seb , les humains appellent cela de « l’amour », moi j’appelle cela de la « colle »…

Maintenant que vous savez qui je suis, revenons au combat…Ca commence souvent par une secousse tôt le matin, l’excitation monte dans la boite de pêche. Avec les secousses de la voiture on essaye tous de se mettre en première ligne pour l’ouverture de la boite.

Une fois mis dans le bateau on commence à faire les paris sur les techniques et les spots. Les tractionn-eurs allignent leurs caudales, les volé-istes frétillent fort… Enfin le moteur se coupe, le silence se fait dans la boite à leurres…on entend le bruit des bottes sur le sol du bateau qui se rapproche. Dans un dernier élan chacun fait miroiter ses atouts. La boite s’ouvre, nous sentons l’iode…les mains du commandant se baladent sur nos corps…(C’est un sentiment très plaisant…). Lequel de nous sera choisi pour partir en opération. Attention, il faut savoir que le commandant à ses petits chouchous, c’est toujours les mêmes…la vie d’un leurre c’est cela, beaucoup d’appelés, mais peu d’élus. J’en connais qui n’ont jamais plongé, les pauvres seront surement revendus, pire il y en a qui les fondent…

Nous sommes au large, il y a plus de 15 mètres de profondeurs, j’ai toute les chances de partir… il regarde ce salaud de « Nitro Shad », revient vers moi, hésite avec un « Xlayer » . (Il faut que je vous parle du « Xlayer », alors lui je ne peux pas le piffrer, sa technique de combat à lui c’est le lançon moribond, alors que moi je fais la sardine affolée, lui fait le malade agonisant sur le sable. Moi perso je trouve cela dégelasse comme technique de combat…heureusement régulièrement il se fait défoncer par une vielle…AHHHHAAHHHHH AHAHHHA excusez moi, c’est ce qu’on appelle de l’humour de shad…

Voila, comme d’habitude c’est moi qui pars en première ligne avec ma copine Seb. On nous attache sur l’agrafe et le commandant nous fait nager devant le bateau. Mes chers amis leurres soyez plus attentifs, il s’agit de montrer à votre chef que vous savez séduire, lui va dire que vous avez un bon « rolling », ca veut juste dire que « vous roulez bien du cul ».

Il va vous faire faire nager deux, trois mètres et décidera de vous envoyer. Attention j’ai souvent entendu des commandants dire « Mais il nage pas ce leurre !!» , puis enlever ce leurre et ne plus jamais le remettre à l’eau.

Vous êtes à un mètre du scion, prêt à partir….ouverture du pick up, positionnement du doigt, armement du bras ==> FEU!!!Là il s’agit de partir le plus loin possible. N’oubliez jamais, plus vous resterez dans l’eau, plus vous aurez de la chance de faire du poisson.

Pendant le trajet, évitez de tourner dans tous les sens, plongez la tête la première, faites preuve de panache. Evitez de faire un énorme splash à l’impact, vous n’êtes pas des « Buldos » !!!

Une fois dans l’eau n’oubliez surtout pas de toujours rester en contact avec le commandant, pour cela servez vous de la liaison radio de la tresse. C’est à vous de transmettre toutes les informations, transmettez bien, vos vibrations, et surtout prévenez quand vous grattez le fond. Si vous ne communiquez pas avec votre chef, vous risquez de finir au fond…

J’en ai perdu les compagnons au fond. Ce n’est pas beau à voir un cadavre de leurre accroché sur une tête de roche, croyez moi ! L’hameçon rouille rapidement, votre tête se couvre d’algue et vous perdez votre plastique…

Mettez vous en action de nage rapidement et exécutez toutes les sollicitations du commandement. N’oubliez pas, vous imitez une sardine affolée ! Quand vous arrivez sur la strike zone, repérez votre proie et soyez aguicheur.

Juste si vous voyez une vielle, immobilisez-vous immédiatement ! Avec un peu de chance si vous ne bougez plus elle fera demi tour et rentrera dans son trou. Si par malheur elle vous attaque, essayez de vous décrochez avant la surface. Si vous remontez avec, vous avez toutes les chances de perdre un membre et pire d’être qualifié de « leurre à vielle ». Vous n’avez pas envie de finir comme les « Gulp », à 20 par sachet à tremper dans un liquide qui pue.

Vous avez repérez votre proie, un joli de bar, de 60 up, commence à vous suivre…Passez en mode « Rolling » avant toute, et prenez comme route de chasse une allure désorientée. Faites comme si vous étiez pourchassé. Le bar va vous engloutir, à ce moment transmettez immédiatement l’information par une petit tape, sur la tresse. C’est un code secret pour la pêche au bar, que votre commandant va comprendre.

Tenez vous prêt avec votre tête, car votre commandant va effectuer un ferrage dynamique, il va falloir vous planter énergiquement dans le palais du bar. Ce dernier va effecteur un rush violent ! N’oubliez pas quoiqu’il arrive vous ne devez pas quitter la gueule du poisson, tant que vous n’avez pas été remonté à bord.

Pour cela, assurez une tension constante sur la ligne et servez vous de l’ardillon de votre hameçon. Petite précision sur le ferrage, on ne « harponne » pas, même si le bar vous suit sans mordre, on ne se plante pas dans le ventre sous prétexte de vouloir faire du poisson, vous n’êtes pas des chasseurs sous marins !!! Idem on ne se pique pas au fond du palet pour ne pas risquer de se décrocher, vous êtes des gentlemen, alors le ferrage c’est sur les lèvres !!!

Une fois sur le pont, le commandant vous détachera, et ses amis demanderont à vous voir. Il vont vous prendre dans leurs mains, vous caresserons, profitez en, vous l’avez bien mérité !!!Grace à vous, d’autres leurres de la même marque que vous auront le droit de nager !!!

Vous serez égratignés, vous serez abimés, par les bars, mais vous verrez lors de la douche de rinçage après la pêche, les filles adorent ça…

Voila, mes chers jeunes amis leurres encore sous emballage plastique dans la boutique, vous savez comment devenir célèbre ! Peut être qu’un jour vous finirez comme moi, accrochez dans la boutique Nautilots de st Malo, au dessus du vendeur, en remerciement de tous les combats menés et comme instructeur pour la prochaine génération.

20110809-152508.jpg

N’oubliez pas vous êtes une légende, et les légendes n’existent que si il y a du monde pour en parler, alors « Catch and Realease »20110809-152535.jpgBonne pêche à tous

6 réponses à “Souvenirs d’un vétéran…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s